INDEX

Titres et auteurs des textes

Sonnet 55 de William Shakespeare

Traduction de Marco Gal

  Not marble, nor the gilded monuments
Of princes, shall outlive this powerful rhyme;
But you shall shine more bright in these contents
Than unswept stone, besmear'd with sluttish time.
When wasteful war shall statues overturn,
And broils root out the work of masonry,
Nor Mars his sword, nor war's quick fire shall burn
The living record of your memory.
'Gainst death, and all oblivious enmity
Shall you pace forth; your praise shall still find room
Even in the eyes of all posterity
That wear this world out to the ending doom.
So, till the judgment that yourself arise,
You live in this, and dwell in lovers' eyes.

Non i marmi, né i dorati monumenti
dei principi sopravvivranno a questa rima forte:
tu vi avrai i segni più lucenti
che non su pietre che l'età sporca fa smorte.

Le statue nella guerra crolleranno,
e anche i muri, nell'inquieta storia:
ma né spada né fuoco bruceranno
il senso vivo della tua memoria.

Contro morte e l'oblio duro
tu avanzerai: la tua lode starà
fissa negli occhi del popolo futuro
nel quale il mondo si consumerà.

Fino al giudizio in cui risorgerai,
per questi versi in occhi d'amanti vivrai.


Pa le mabro, ni le dorou monumen
di preunce survivren à cetta rima forta:
té t'ari le segno pi lliouyen
que pa su la përa que lo pouer adzo ren morta.

Le statuye deun la guéra dërotseren,
et mëmo le meur, deun l'eunquiètta istoére:
më ni feur ni fouà beurleren
lo sentemen vif de ta memouére.

Contre la mor et lo deur oubli
t'avanceré: ta louandze resteret
fi-yssa dedeun le jeu di peuplo à ven-i
deun lo quel lo mondo se conseumeret.

Tanque i dzedzemen quan te ressusciteri
pe cice vers, deun de jeu d'aman te vivri.


retour à l'index

Sonnet 128 de William Shakespeare

Traduction de Marco Gal

How oft when thou, my music, music play'st,
Upon that blessed wood whose motion sounds
With thy sweet fingers when thou gently sway'st
The wiry concord that mine ear confounds,
Do I envy those jacks that nimble leap,
To kiss the tender inward of thy hand,
Whilst my poor lips which should that harvest reap,
At the wood's boldness by thee blushing stand!
To be so tickled, they would change their state
And situation with those dancing chips,
O'er whom thy fingers walk with gentle gait,
Making dead wood more bless'd than living lips.
Since saucy jacks so happy are in this,
Give them thy fingers, me thy lips to kiss.

Guéro de cou, quan tè, ma meusecca, meusecca te sone
dessu ci bouque bieneureu you chor lo son
avoué te dèi douce quan t'assemble dzenta
la jantila armonia que me bouégno confon
mè dz'envèyo cice saouteret que
pe bèijé lo tèndro crou de ta man
dimen que me pouro pot que dèrian

pe se fére carèché, voudrian tsandzé de place
é de pozechon avoué cice taste que danson
you te dèi que se pormonon dessu avoué
En fèyèn dou bouque mort pleu bieneureu que le pot vivan.
tanque i son cheu conten pe ço
Bailla leur te dèi, é a mè bailla te pot pe le bèijé

Sonetto 128

Se tu, musica mia, musica suoni
su quei beati tasti sonanti
alle tue dolci dita, se componi
la gentile armonia con cui mi incanti,

io invidio quei salterelli che saltando
il cavo della mano possono baciare,
mentre le labbra mie aspettando
si fanno rosse per il loro osare.

Perché a quel modo tu le accarezzassi,
le labbra si vorrebbero scambiare
coi tasti sopra cui le dita passi,
facendoli, da morti, ravvivare.

Se hanno tanta fortuna gli audaci,
dà a loro le dita, a me dà i tuoi baci.


Sonet 128

Se té, ma meusecca, meusecca te son-e
dessu cice bieneureu taste ressonnen
a te dèi douce, se t'assemble
la jantila armonia dequé te m'ëpren,

mé dz'envëyo cice saouteret que, saouten,
lo crou de la man pouvon bèijë,
dimen que me pot eun attenden
se fan roddzo pe lo leur ousë.

Perqué de çalla magnëre que te le carèsse,
le pot voudiàn se féye ëtchangë
avouë le taste yaou dessu le dèi te passe,
eun le féyen, de mor, ranimë.

Se tan l'an de forteuna le s-odacieu i desteun
bailla leur le dèi, et a mé bàilla te poteun

retour à l'index

La fonction du poète de Victor Hugo

Traduction de Christiane Dunoyer

La fonction du poète

Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs
Il est l'homme des utopies
Les pieds ici, les yeux ailleurs

La funchon du poéto

Lo poéto le dzor de grama leunna
Arreuve pe aprestà de dzor pleu dzen
L'è l'ommo de la forteunna
Lé pià pozà pe tera, le z oué que avétson lioèn

retour à l'index

Meriggiare pallido e assorto de Eugenio Montale

Traduction de Christiane Dunoyer

Meriggiare pallido e assorto

Meriggiare pallido e assorto
presso un rovente muro d'orto,
ascoltare tra i pruni e gli sterpi
schiocchi di merli, frusci di serpi.

Nelle crepe dei suolo o su la veccia
spiar le file di rosse formiche
ch'ora si rompono ed ora s'intrecciano
a sommo di minuscole biche.

Osservare tra frondi il palpitare
lontano di scaglie di mare
mentre si levano tremuli scricchi
di cicale dai calvi picchi.

E andando nel sole che abbaglia
sentire con triste meraviglia
com'è tutta la vita e il suo travaglio
in questo seguitare una muraglia
che ha in cima cocci aguzzi di bottiglia.

Nona blaye é lliournía

Nona blaye é lliournía
Contre lo meur d'eun cortí a l'étecca dou solèi
Écouté ou mèntèn di breugnoné é di ronce
Dzacatté le merlo, frondé le bouye

Dedeun le crappe di meur ou su le trèinalle
Béclyé le prosechon di fromyé rodze
Que se divizon é poué se croèzon torna
Ou sondzon de petsoude dzovalle

Avétsé ou mentèn dou bocadzo
Llioèn le labye de la mer
Démèn que se lèvon le cri-cri trèmblèn
Di cigale di creutson plumà

E en allèn ou mentèn dou solèi éblouissèn
Sentí avoué eun tristo étonemèn
Comme l'é totta la via é sa trebelachon
En tsemegnèn lo lon d'euna meuralye
Que l'a ou sondzon de clliappeun poèntu de botèille

retour à l'index

Makhnovtchina de Etienne Roda-Gil

Traduction de Laurent Damé

Makhnovtchina

Par les monts et par les plaines
Dans la neige et dans le vent
A travers toute l'Ukraine
Se levaient nos partisans

Au printemps les traités de Lénine
Livraient l'Ukraine aux allemands
A l'automne la Makhnovtchina
Les avait jetés au vent

Makhnovtchina Makhnovtchina
Tes drapeaux sont noirs dans le vent
Ils sont noirs de notre peine
Ils sont rouges de notre sang

L'armée blanche de Dénikine
Est entrée en Ukraine en chantant
Mais bientôt la Makhnovtchina
L'a dispersée dans le vent

Makhnovtchina Makhnovtchina
Armée noire de nos partisans
Qui combattaient en Ukraine
Contre les rouges et les blancs

Makhnovtchina Makhnovtchina
Ceci est ton testament :
Tu voulais chasser d'Ukraine
A jamais tous les tyrans

Makhnovtchina

Per lo mont e per le plan-ne
Dens la nei e dens lou vent
Tra tota l'Ukréina
Se leviont noûtro partisan

A la premà le paçhe de Lénine
Baillévon l'Ukréina a lo z-Aleman
A la santmeçhiél la Makhnovtchina
Lo z-avèt betâ a l'aura

Makhnovtchina Makhnovtchina
To drapô sont néir dens lou vent
Y sont néir de noûtra pen-na
Y sont rojho de noûtron sang

L'armâ blançhi de Dénikine
L'est rentrâ en Ukréina en çhanten
Mas dabor la Makhnovtchina
L'at afardâ dens lou vent

Makhnovtchina Makhnovtchina
Armâ néiri de noûtro partisan
Que combatâvon en Ukréina
Contre lo rojho e lo blanc

Makhnovtchina Makhnovtchina
Cen ityè i est ton testament
Te volià çhaciér d'Ukréina
A jhamé tôts lo tiran

retour à l'index

Ma bohème de Arthur Rimbaud

Traduction de Laurent Damé

Ma bohème

Je m'en allais, les poings dans mes poches
crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des
gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Ma boéma

Dje m'en alì, los pungs dens mes fattes
forès ;
Mon paletô avouè yl tornèt idéal ;
Dj'alì d'sot lo ciel, Muse ! Et dj'éro ton féal ;
Oh la la ! Que de franc belles amôrs songiès !

Ma culota unecca l'avèt un grant pertuit,
- P'tiôt-Pogèt sonjôr, dje senì dens ma corsi
De rimes, Mon obèrge l'ére u grant-charèt.
- Mes étêles u ciel l'aviont un soyo bruit

Et dje les acotì, assetâ u bord dles rotes,
Çlos bons vêros de setembro on que dje sentì de gotes
De rosâ a mon front, come un vin de vigôr ;

On, riment u menten dles ombres fantastecques
Coment de lires, tiravo los elasteccos
De mos solârs meurtris, un pia a pia mon
cor !

retour à l'index

Exill III de Saint-John Perse

Traduction de Christiane Dunoyer

Exil III

...Toujours il y eut cette clameur,
toujours il y eut cette grandeur

Cette chose errante par le monde,
cette haute transe par le monde,
et sur toutes grèves de ce monde,
du même souffle proférée,
la même vague proférant.
Une seule et longue phrase
sans césure à jamais inintelligible...

Exil III

...É todzor l'y ayè cé boralemèn,
todzor cé èr de lavèntse

Ceutta baga a garfoueillé vià pe lo mondo,
a varèyé vià pe lo mondo
é de rivadzo en rivadzo,
souflaye pe la méma èina,
lo souflo de la méma oura pe farfoueillé
eun lon coplet jamé copà
que resteré eunfinimèn endetseuffrablo...

Traduction de Ilda Dalle

Exil III

...Toujours il y eut cette clameur,
toujours il y eut cette grandeur

Cette chose errante par le monde,
cette haute transe par le monde,
et sur toutes grèves de ce monde,
du même souffle proférée,
la même vague proférant.
Une seule et longue phrase
sans césure à jamais inintelligible...

Exil III

... Y a tò-dé-lón sta hi vacarmo,
y a tò-dé-lón sta cahtsoza dé gróou

Heutta baga qué djire per lou móndo,
qué l'et in transe per lou móndo,
é adós totte lé rive dé hi móndo,
deut dé la méma voués,
alèn apréi la méma ónda.
Na souletta é lóndze fraze
sensa tai qué s'arivérat mai pieu a capì ...

Traduction de Carlo Rossi

Exil III

...Toujours il y eut cette clameur,
toujours il y eut cette grandeur

Cette chose errante par le monde,
cette haute transe par le monde,
et sur toutes grèves de ce monde,
du même souffle proférée,
la même vague proférant.
Une seule et longue phrase
sans césure à jamais inintelligible...

Exil III

... ...todzor i è ità-lèi eun trimadzo,
todzor i è ità-lèi seutta grandeur

Seutta baga erranta pe lo mondo,
si gran tracas a travì di mondo,
é su tcheu le bor de l'éve de si mondo,
deutta avouì lo mimo soufflo,
eun dièn la mima onda,
An soletta é londze fraze
sènsa coppe é pe todzor euncomprensibla. . .

retour à l'index

L'empreinte de Anna De Noailles

Traduction de Yvonne Barmasse

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

La trase

Dze m'apènto-poué se bièn è se for a la veuya,
én la sarèn étréte è én l'émpouègnèn se deur
què, dèvàn què la douseur dou dzor mè susse etóye,
dè mon émbrassemèn ille i susse étsoudóye.

La mer, se gran par dè la tèra dzèjà,
I varde-poué dèdén lo tsemén dè chon éve coénta
Lo gou dè ma douleur què, apra è salóye,
Se lè dzor qui boudzon comèn én batò y é sopatoye.

Dze vouì lésé dè mè, pè lè plè di colèn-e,
la chaleur dè mè-z-ouel qui lè-z-an vu flouì
è la sigala pezóye se lè brantse di-z-épée
i fé-poué crià lo cri pouègnèn dè mon dézir.

Pè lè tsan dou foé lè-z-erbe novéle
E lè teppe épesse lo lon di ru
I sénton-poué frémì è passà comèn dè-z-óle
Lè-z-ombre dè mè man qui lè-z-an tan saroye.

La nateua què y éve mon boneur è mon domène
I respie-poué pè l'er sèn qui reste dè mon flo
E se lo dézespouar dè la tristesse umèna
Dze léso-poué la fourma enecca dè mon queur. . .

Traduction de Liliana Bertolo

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon cSur. . .

La marca

M'épareroù se bièn é se for a la via
La tegneroù se deur eun l'eumbrasèn
Que devanque lo dous di dzor me prégnèye an mia
S'étseideré contre mé eun la sarèn.

La mer se grousa su lo mondo épatéye
Su la rotta de signa éve que tsamande l'a vardó
Lo goute de migna douleur enlla é saléye
E su le dzor que van cour comme eun bató.

Deun le plet di coute dze queutto-pi de mé
La tsaleur de me joué que l'an vu-le de fleur plen
E la sigala achatéye su le rame di ronjé
Tsante-pi lo crio di meun dézir eun picllèn.

Deun le tsan lo ver que rebiolle d'éforié
È l'erba touffua lo lon di lemeun-ó pi ba
Senterén beuché for é comme de-z-ale tsaché
Le-z-ombre de me man que le-z-àn tan vouachà.

La nateua que l'ie ma jouése é mon doméne
Pren-pi lo soufflo de mon fouà euntérieur
E su la grousa pén-a di tristesse uméne
Dze queutto-pi maque la marca de mon queur. . .

Traduction de Ilda Dalle

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

La marca

Mé taquéró si bén é si for a la véya,
saren-la é imbrahen-la bén dura,
qué davàn qué lou quiep dou dzór sé n'alèye,
s'ahtsoudèye ou méh di mén brah.

Lou mar, qué couate bellamen tò lou móndo,
vardérat, deun la rotta mai ferma dé la sinna éve,
lou gueust dou mén tsagrén qué l'è for é salà
é a traver lé dzór qué passo vat coume in bastimen.

Lesséró pé dé mè ou méh di coulinne
la tsat di mén eui qué y an vi-le fiourì,
é la fiala sétaye si bran di rouvèi
fézérat sentì lou brai dé henque vouèi.

L'erba tendra int'i tsan dou fourés
é lé tseuf bourdihà ou lón di riane
sentéràn passéi é alé-sé-nèn coume d'ale
lé ómbre di minne man qué y an tan cariha-le.

La nateurra qué y è lou mén piézì é lou mén travai
reffiérat deun l'ér la minna gran pachón
é sou gran tsagrén qué tracahe lou móndo
lichéró la marca souletta dou mén queur. . .

Traduction de Christiane Dunoyer

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

Lo mouèino

Dze me appouyéró cheu bien é cheu for a la vía
En l'embrachèn é en la sarèn de la manére la pi rudda
Que devan que síe vià lo queddo di dzor
La vía l'aré pré lo tsat de mé bré.

La mer abondanta, épataye su lo mondo,
A traver le meulle détor de se z éve, varderé,
Lo gou de ma douleur, que l'é amére é salaye,
E colatte comme eun bató su le dzor que se suivon

I mèntèn di plette di colenne, dze quetteró de mè
La flama de me z oue que l'an vu-le flourí
E la cigala éparaye su le brot di z epeune
Tsanteré comme euna vioula lo cri racllièn de mon dézir

Vià pe le tsan you rebiolle lo vert de l'éfourié
E le teppe que crèison tappíe su lo bor di ru
Senterèn parpiyé é volaté comme de z ale
Le z ombre de mè man que l'an tan carechà-le

La nateura que l'é itaye ma joué é mon doméne
Aflèryéré pe l'er cetta ardeur tétua
E su la lavèntse de la tristesse de l'ommo
Dze quetteró la forma eunecca de mon queur&

Traduction de Daniel Fusinaz

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

La marca

Dz'eumbrachérì se bièn é se for la viya,
Eun la sarèn se deur
Que devàn que la douseur di dzor me siye
touhéye
Lli se sarè étsoidéye euntrì me bré.

La mèa, pertò su lo mondo épatéye,
Vardérè dedeun se tsemeun d'ée eun mouemèn
Lo gou de ma douleur, que l'è amèa é saléye,
É que colatte su le dzor que pason, comme eun bató su-le-z-onde.

Dze léchérì de mè permì le tsantì
la tsaleur de me joué que le-z-àn vu fleù,
É la sigalla permì le brantse di bouèisòn
Fèyèrè querié lo son pougnèn de mon dézir .

Le plante fritse di tsan
É l'erba tapiya di talù
Sentérèn foillaté é partì comme de-z-ole
L'ombra de me man que le-z-àn tan
acaéchéye.

La nateua que l'è ihéye ma jouè é mon domène
Souflérè mon flo reustó dedeun l'èa,
É su la dézolachòn de la tristesse umèna
Dze léchérì la marca eunconfondibla de mon queur. . .

Réflexions du traducteur

S'appuyer : se beté de pèise (mais la traduction ne me convient pas)
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement : à la lettre je n'arrive pas à le traduire d'autant plus qu'elle me semble une tautologie
Enlacement : pas de mots correspondants (à ma connaissance)
Mouvants : que boudzon, eun mouemèn (la traduction ne me satisfaisait pas)
Plis des collines : tsantì di couleunne, flan di couleunne, mais nous n'avons pas des collines
Champs printaniers : pas de correspondant
Pulser : pas de correspondant (à ma connaissance), foillaté c'est par contre un joli verbe
Pressées : à la limite tsoiléye ou saréye, mais il ne me semblait pas approprié
Respirera : respirérè c'est un calque, en (mon) patois il n'y a qu'un seul terme (souflé) pour respirer et souffler

Traduction de Miranda Glarey

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

La tratsi

M'ataquèrì tan fort a la vèya
l'eumbratsèrì si dóira è la sarèrì si fort
què dèvan què mè pourtèyoun vià lou pièizì di dzor
la vèya s'atchèpèret deun li mén brats què la saroun.

Lou mar, grou datendoi slou mondou,
vardèret deun lou tsemén dla séin'évi què coule
lou gout di mén tsagrén què y et aprou è salà
è sli dzor què s'en van pase coumenn na barca.

Quitèrì dè mè deun lè pièye di couleunne
la tsaleur di mén euill què y an viói-lè fyiréi
è la cigale asetài slè brantse de l'apeunna
fezèrè sourtéi lou cri dla méina veuilla dè véivre què creusse.

Pè li tsan di fouréis lou vert nouì
è l'erba tchafèya sli bor di-z-ouriù
sentèran batre è lèvé-se coumenn d'ale
lè-z-ómbre di méine man què y an tan sara-le.

La nateurra què y et itài la méina jouè è lou mén mitti
sentèrè deun l'aria lou mén fià fort
è su tò lou tsagrén di móndou
quitèrì djeu la fourma di mén queur. . .

Réflexions du traducteur

Notre patois emploie presque seulement les termes essentiels à la vie quotidienne et très peu de mots abstraits pour exprimer les sentiments, il est par conséquent difficile de traduire la poésie.

1. J'ai traduit les substantifs  étreinte, serrement, enlacement  par les les verbes  eumbratséi, saré ;
2.pour traduire les adj. errante, mouvants, j'ai employé le relatif  qui coule, qui s'en va;
3. j'ai conservé le mot cigale parce que il n'y a pas de correspondant dans notre patois;
4. pour fera crier le cri j'ai fait recours à une périphrase;
5. j'ai traduit librement  sur l'abattement de la tristesse humaine  par tout le chgrin du monde;
6.je n'ai trouvé pour la forme unique de mon cSur que la traduction de seulement la forme... qui ne répond pas au texte.

Traduction de Carlo Rossi

L'empreinte

Je m'appuierai si bien et si fort à la vie,
D'une si rude étreinte et d'un tel serrement,
Qu'avant que la douceur du jour me soit ravie
Elle s'échauffera de mon enlacement.

La mer, abondamment sur le monde étalée,
Gardera, dans la route errante de son eau,
Le goût de ma douleur qui est âcre et salée
Et sur les jours mouvants roule comme un bateau.

Je laisserai de moi dans le pli des collines
La chaleur de mes yeux qui les ont vu fleurir,
Et la cigale assise aux branches de l'épine
Fera vibrer le cri strident de mon désir.

Dans les champs printaniers la verdure nouvelle,
Et le gazon touffu sur le bord des fossés
Sentiront palpiter et fuir comme des ailes
Les ombres de mes mains qui les ont tant pressés.

La nature qui fut ma joie et mon domaine
Respirera dans l'air ma persistante ardeur,
Et sur l'abattement de la tristesse humaine
Je laisserai la forme unique de mon coeur. . .

La marca (La passà)

Dze m'apeunto-pi se bien é se for a la vìa,
Avouì eun se rudo contatte é tellamente eun sarèn,
que devan que la douseur di dzor chèye fenìa
s'étseuide-pi di meun eumbrachemèn.

La mer, que su lo mondo pe gran par s'épatte,
varde-pi, deun la rotta erranta de sa éve,
lo gout de mon ma enllio, salà é plat
é su le dzor que van boudze comm'eun bató.

Dze lesso-pi de mé deun le plet di cretson
la tsaleur de me joué que l'an vu-le fleuì
é la sigala gropaye i brantse di bouèisson
fé-pi vibré lo criyo rapèis di meun désir.

Deun le tsan d'éforié lo vert que se renovale,
é lo gazòn touffu su lo bor di crot
senton-pi parpité é s'èn alé comme de-z-ale
le-z-ombre di migne man que l'an prisa-le comme tot.

La nateua que l'è itaye ma jouéce é mon doméne
respire-pi deun l'er migna eunsistenta ardeur,
é su l'abattemèn di tristesse uméne
dze lesso-pi la fourma soletta de mon queur...

retour à l'index

La mort fervente de Anna De Noailles

Traduction de Yvonne Barmasse

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre . . .

La mor ardénta

Mouì dèdén la vapeur couézénta dou tsótén,
Can, parfemó, péndèn è pèzàn comèn én-a grapa dè rezén,
Lo queur, què lo bruì dè l'er i fouate è
i brése,
chè défé én plizì doulereu è douse.

Mouì, én plondzèn lè man dèdén lè foille frétse,
En acondzeblèn chè-z-ouel i-z-ouel flouissàn
di beu ver,
En chè méclèn avoué lo viel è nésèn univer,
Pè avè,ou mémo tén, cha jenesse è chon adzo.

Chè n'allà dousemàn avoué la fén dou dzor,
E can lo solèi chè coutse, téndro, mouì di rèyon d'or,
Sintì què l'ama douse è tranquilla i chè rètie
Ver la tèra énse è l'immortel amour.

Chè n'allà pè sintì dèdén ille si mistéo
D'étre l'erba, lo gran, la chaleur è lè-z-éve,
Ch'éndroumì se la plan-a careuilloóye dè ver,
Mouì pè étre éncò pe prótcho dè la tèra. . .

Traduction de Liliana Bertolo

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La mor ferventa

Mouére deun la banfa couézenta de l'étsatèn
Can parfemó, dicllo é pezàn comme an rappa noua
Lo queur, nantó é bechà pe le bride de l'oua,
Croute le gran-e avouì malocour é plèizì pachèn.

Mouére eun moillèn le man deun lo frique di foilladzo
Le joué deun se joué épandì de bouque ver
Eun se micllèn i vioù é i nèisèn univer
Que l'at eunsemblo signa jenesse é seun éyadzo.

Partì to todzèn avouì lo dzor que cour
Mouére tchapó i las d'or di tendro meussèn
Sentì l'ama douse é tranquilla requelèn
Ver la téra bo a fon é l'immortel amour.

Partì pe deun lleu si mistéro agouté
D'itre l'erba, la tsaleur, le-z-éve é lo gran,
S'eundremì deun lo ver di marsaye pe lo plan
Mouére pe sentì la téra pi protso de té. . .

Traduction de Ilda Dalle

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La mor ferventa

Mouère ou méh dé l'ér teuf dou tsatèn
can proufumà, pendèn é grèi djeumme na rapa,
lou queur, qué lou tapadzo dé l'ér danquiounne é bat,
sé na vat grindzo é douh ou mémo ten.

Mouère , in bagnèn lé man a la frèhtchoù di fóye,
taquèn lé-z-eui i-z-eui fiourì di bohc vert,
in mèhquèn-se ou móndo vieui é nou,
per èhte vieui é dzouvenno ou mémo ten.

Alé-sé-nèn tranquile a la fén dou dzór;
mouère di rèye d'ór dé la nét qué arive,
sentì qué l'ama douhe é piézenta récule
ver lou fon dé la tèra é l'amour qué mouer pa mai.

Alé-sé-nèn per tahtéi deun da sè hi mistére
d'èhte l'erba, la sémèn, la tsalour é lé éve,
indourmi-se int'ou pian pyin dé canén vert,
mouère per èhte incò pieu prótso dé la tèra&

Traduction de Christiane Dunoyer

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La févra deun la mor o Févra de mor

Mouere i mèntèn de la tsampa beurlènta dou tsatèn
Quan parfeumà, enflo é pezan comme euna
grappa,
Lo queur, sebraoulà é sacagnà pe la bride
de l'èr,
S'égran-ne en eun dou é douloureu plèizí

Mouere, en plondzèn le man deun l'ombra frétse dou folliadzo
En recondissèn le z oue deun le z oue dzovenno di bouque vert
En se mécllièn a l'anchièn é nèissèn univer
En avèn tot ensèmblo sa jeunesse é tot son
adzo.

S'enmoure tranquillo a la feun di dzor
Mouere di z éllieudzo d'or di tèndro meuchèn
Sèntí que l'arma dousa é pézibla requeulle
Ver la téra prévonda é ver l'immortel amour.

S'enmoure pe dzoure de cé mistére i fon de llieu
D'étre l'erba, lo gran, la tsaleur é le z éve,
s'endrumí pe lo plan vert i menten di ru,
mouere pe étre eunco pi protso de la tera&

Traduction de Daniel Fusinaz

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

Lo retor

Mouire dedeun la regofeua couèizenta di tsotèn
Can, parfemó, pendèn é pezàn comme eun rezeun d'èitòn,
Lo queur, que lo tapadzo de l'er nantèye é beuche,
Degroille eun douhe é doloureu plèizì.

Mouire eungn eunflondzèn se man permì lo frique di foilladzo,
eun fondèn se joué avouì le joué eumpandì di bouque eun soa,
eun se méhllèn a l'univer éternel é i mimo ten nèisèn,
Eun eetèn, eunsemblo, sa jenesse é son éyadzo.

S'eungn alé tôdzèn avouì la feun di dzor;
Mouire pasó di rayòn d'or di solèi que meuche,
Sentì que l'arma douhe é tranquila recule
ver la tèra profonda é l'amour immortel.

S'eungn alé pe pouijé eun lli lo mistère
d'ihé l'erba, lo gran, la tsaleur é le-z-ée;
S'eundrumù dedeun la verda campagne;
Mouire pe ihé euncó pi protso a la tèra. . .

Réflexions du traducteur

La mort fervente : je trouve que la traduction de Miranda Glarey est la meilleure: la mor pachoun-éye ; cependant je préfère mon titre
Baignant : eun moillèn
Fleurissants : que fleèison, eun tren de fleù mais eumpandì (épanouis) me semble mieux
Antique : vioù, mais j'ai préféré éternel
Flèches : pas de mots
Impossible de traduire l'expression « gouter en elle »

Traduction de Miranda Glarey

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La mort apasiounài

Muréi deun lou teuf di tsatèn
acann, pien dè bón fià, queurbou è pèzann coumenn na rapa,
lou queur, què lou tapadzou dè l'aria fé bentché è batre,
sé fónt deun oun pièizì pien dè tsagrén.

Muréi, eun bagnen-se lè man deun lè fóille fritse,
eun fisenn li sén euill deun li-z-euill fyiréi di bouc vert,
eun mitchen-se a tsi móndou vyiill què nét,
eun avenn i mimou ten la séina dzouentói è lou sén èyadzou,

Alé-se-nenn pian pian avouoi la fén di dzor;
muréi dèzò lè rèye d'or di soulaill què sé catse,
sentéi què l'arma tendra è tranquille rècoile
ver la tèra eunti è l'amour imourtel.

Alé-se-nenn per sentéi lou gout dè tsi mistère
dè itre l'erba, lou gran, la tsaleur è l'évi,
eundreméi-se deun la pianeurra totta a couadret vert,
muréi per itre co' pi prótsou dla tèra. . .

Réflexions du traducteur

Je trouve qu'il n'est pas facile de traduire en patois un poème français de ce genre; je crains avoir un peu changé le sens du poème, ne connaissant pas les justes termes.

Remarques
1. la buée ardente pourrait aussi se traduire par vapeur tsada;
2. les mots doux et douceur en patois ne sont pas liés aux sentiments mais plutôt au goût ou à la température, par conséquent j'ai des fois employé des périphrases;
3. souvent en patois manquent les termes abstraits, j'ai alors fait recours à une tournure, telle:  fraîcheur du feuillage qui est devenue feuilles fraîches;
4. j'ai traduit librement flèche par rayon puisque nous n'avons pas le terme correspondant ;
5. les eaux est devenu l'eau parce-que au pluriel le sens est  les eaux de l'accouchement.

Traduction de Carlo Rossi

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La mor fervènta

Mouére dedeun lo soufflo arden de l'étsatèn,
can parfeumà, pendèn é pezàn comm'eunna rappa,
lo queur, que lo retentissemen de l'èr nante é beuche,
se dégran-e eun douloureuza é dousa volutà.

Mouére, eun blétissèn signe man i frique di foilladzo
Coblèn se joué i joué fleuissàn di bouque ver
Eun se micllèn i viou é nèissèn univer,
Eungn avèn eun mimo tèn la jeunesse é l'adzo.

S'en alé to toodzèn compagnì la feun di dzor ;
Mouére di flètse d'or di tendro eunde lo nit,
Sentì que l'ama dousa é péizibla requeule
Di coutì de la téra profonda é de l'immortel amour.

S'en alé p'agouté dedeun llieu si mistéo
D'itre l'erba, la semèn, la tsaleur e le-z-éve,
S'eundremì deun la plan-a que comm'eun filet verdèye,
mouére p'itre eunco todzor pi protso a la téra. . .

Traduction de Dominique Vuillerot

La mort fervente

Mourir dans la buée ardente de l'été,
Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
S'égrène en douloureuse et douce volupté.

Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
Se mêlant à l'antique et naissant univers,
Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

S'en aller calmement avec la fin du jour;
Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
Sentir que l'âme douce et paisible recule
Vers la terre profonde et l'immortel amour.

S'en aller pour goûter en elle ce mystère
D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
Mourir pour être encor plus proche de la terre...

La Môr Pachenâ

Dévni môr à la fâra du Çhotèn,
Flàirian bon, piègnan é leurdo cmè na rappa,
Lo queur , que la ron-na de l'èr pèsante époué çhaple
Se dégrôille dién na deûce é volutuyeusa compâra

Dévni môr, le man bènan dién lo fré follià
Marrian so ju u ju bocatâ de lo boué vèr
Se meclian à l'antecco univer nàissaré
Ayan a queu sa jhouénonjhe é son tèn

Modâ via toplanplan quan la fin du jheu
More di tré d'ôr du tèndro imbreni
Chèntre que l'ârma deûce époué péma fât arri
Divi la Terra prèionda poué l'amour que vi teujheu

Modâ via p'assadâ cho mistéro de liài
D'étre l'erba, lo gran, la çhô é le z-égue,
S'adremi pe la plan-na u vardèyan prô
dévni môr p'étre adé pi prôçho la Terra. . .

retour à l'index

La complainte de Mandrin, anonyme

Traduction de Laurent Damé

La complainte de Mandrin

Nous étions vingt ou trente
Brigands dans une bande
Tous habillés de blanc
A la mode des, vous m'entendez. . .
Tous habillés de blanc
A la mode des marchands.

La première volerie
Que je fis dans ma vie,
C'est d'avoir goupillé
La bourse d'un, vous m'entendez. . .
C'est d'avoir goupillé
La bourse d'un curé.

J'entrais dedans la chambre,
Mon Dieu, qu'elle était grande !
J'y trouvais mille écus,
Je mis la main, vous m'entendez. . .
J'y trouvais mille écus,
Je mis la main dessus.

J'entrais dedans une autre,
Mon Dieu, qu'elle était haute !
De robes et de manteaux,
J'en chargeais trois, vous m'entendez. . .
De robes et de manteaux,
J'en chargeais trois chariots.

Je les portais pour vendre,
A la foire en Hollande.
J'les vendis bon marché,
Ils ne m'avaient rien, vous m'entendez. . .
J'les vendis bon marché,
Ils ne m'avaient rien coûté.
Ces Messieurs de Grenoble,
Avec leurs longues robes,
Et leurs bonnets carrés,
M'eurent bientôt, vous m'entendez. . .
Et leurs bonnets carrés,
M'eurent bientôt jugé.

Ils m'ont jugé à pendre,
Ah ! c'est dur à entendre !
A pendre et étrangler,
Sur la place du, vous m'entendez. . .
A pendre et étrangler,
Sur la place du marché.

Monté sur la potence,
Je regardais la France,
J'y vis mes compagnons,
A l'ombre d'un, vous m'entendez. . .
J'y vis mes compagnons,
A l'ombre d'un buisson.

Compagnons de misère,
Allez dire à ma mère,
Qu'elle ne me reverra plus,
J'suis un enfant, vous m'entendez. . .
Qu'elle ne me reverra plus,
J'suis un enfant perdu.

La complainte de Mandrin

Nos érion vint ou trenta
Bregans dens una benda
Tôts arbeillas de blanc
A la moda de, vos me sentéd. . .
Tôts arbeillas de blanc
A la moda dus marchiands.

La premiéri rapina
Que fasì dens ma via,
L'est d'aveir rapinâ
La borsa d'un, vos me sentéd. . .
L'est d'aveir rapinâ
La bors' d'un encurâ.

Rentrì dedens la chambra
Mon Diô que l'ére granta !
Dj'y trovì mëlle écus,
Dj'y btâ, vos me sentéd. . .
Dj'y trovì mëlle écus,
Dj'y btâ la man dessus.

Rentrì dedens un' autra,
Mon Diô que l'ére yauta !
De robes e de mantiôs,
Dj'en chargì treis, vos me sentéd. . .
De robes e de mantiôs,
Dj'en chargì treis chariots.

Dje los portì per vendre,
A la féire en Olanda.
Los vendì a bon contio
Yl m'aviont pas rien, vos me sentés. . .
Los vendì a bon contio,
Yl m'aviont pas rien coûtâ.
Çlos monsius de Grenoblo,
Avouè lors longes cottes,
E lors berets carrâs,
M'aviont dabor, vos me sentés. . .
E lors berets carrâs,
M'aviont dabor jugias.

Yl m'ont jugia a pendre,
Ah ! Y est sevér' a sentre !
A pendre e atranglar,
Sus la pllaci du, vos me sentéd. . .
A pendre e atranglar,
Sus la pllaci du marchà.

Poyà sus la potenci,
Dje reguetì la Franci,
Veyì mos compagnons,
A soûta d'un, vos me sentéd. . .
Veyì mos compagnons,
A soûta d'un boueisson.

Compagnons de misére,
Modâd dire a ma mâre,
Que le me vèye pués plus,
Su un meinà, vos me sentéd. . .
Que le me vèye pués plus,
Su un meinà perdu.

retour à l'index

Guernica de Paul Eluard

Traduction de Christiane Dunoyer

Guernica

Visages bons au feu
visages bons au froid
Aux refus à la nuit aux injures aux coups

Visages bons à tout
Voici le vide qui vous fixe
Pauvres visages sacrifiés
Votre mort va servir d'exemple
La mort coeur renversé
Ils vous ont fait payer le pain
De votre vie.
Ils vous ont fait payer le ciel la terre l'eau le sommeil
Et même la misère noire
De votre vie

Gentils acteurs si tristes mais si doux
Acteurs d'un drame perpétuel
Vous n'avez pas pensé la mort
La peur et le courage de vivre et de mourir
La mort si difficile et si facile.

Sous le bois mort du chêne de Guernica,
sur les ruines de Guernica,
sous le ciel pur de Guernica,
un homme est revenu,
qui portait dans ses bras un chevreau bêlant,
et, dans son coeur une colombe.
Il chante pour tous les autres hommes
le chant pur de la rébellion
qui dit merci à l'amour,
qui dit non à l'oppression
Guernica!
l'innocence aura raison du crime.
Guernica!

Guernica

Veusadzo bon i fouà
Veusadzo bon i fret
A cen que te refuson, a la nét, i outradzo, i crep

Veusadzo bon a tot
Veyade lo vouido que vo aveitse
Pouro veusadzo sacrefià
Votra mor va servi d'esemplo
La mor coeur ranverchà
I vos an fét payé lo pan
De votra via.
I vos an fét payé lo ciel, la tera, l'éve e lo senno.
E poué co la misére nére
De votra via.

Atteur cheu tristo e cheu dous
Atteur d'un drame sensa feun
La pouére e lo coradzo de vivre é de mouére
La mor cheu maléna é cheu léna

Desot lo boùc mor dou tséno de Guernica,
su le rovenne de Guernica,
desot lo ciel peur de Guernica,
eun ommo l'é tornà
Qui portave en bras un tsevréi qui belive
E dedeun son cSur euna colomba.
I tsante pe tcheut le ommo
Lo tsan peur de la rebellion
qui dit merci a l'amour
Qui dit de na a l'opprechon
Guernica !
l'innocence l'arét réson dou crimo.
Guernica !

retour à l'index

Den lille Havfrue de Hans Christian Andersen

Traduction de Alice Seris et André Navillod

Den lille Havfrue
Langt ude i Havet er Vandet saa blaat, som Bladene paa den dejligste Kornblomst og saa klart, som det reneste Glas, men det er meget dybt, dybere end noget Ankertoug naaer, mange Kirketaarne maatte stilles ovenpaa hinanden, for at række fra Bunden op over Vandet. Dernede boe Havfolkene.

[...]

Havkongen dernede havde i mange Aar været Enkemand, men hans gamle Moder holdt Huus for ham, hun var en klog Kone, men stolt af sin Adel, derfor gik hun med tolv Østers paa Halen, de andre Fornemme maatte kun bære sex. - Ellers fortjente hun megen Roes, især fordi hun holdt saa meget af de smaa Havprindsesser, hendes Sønnedøtre. De vare 6 deilige Børn, men den yngste var den smukkeste af dem allesammen, hendes Hud var saa klar og skjær som et Rosenblad, hendes Øine saa blaa, som den dybeste Sø, men ligesom alle de andre havde hun ingen Fødder, Kroppen endte i en Fiskehale.

La sirenetta
Lluen dans la mer, l'eve lie pare bleuva, comme le foille de lo pi dzen ble-è, e parë clera, comme lo pi peur de cristal, më quand mëmo tan profonda, que gneuna ancre lie pi arreuvà, tan clotsé douvrion etre poso un dessu l'atro pe montà du fon de la mer tanque au sondzon, lai vivon le dzen de la mer.

[...]

Lai lo rei de la mer ive vèvvo da tan de s-an, ma sa vielle mamma comandive pe lliu , euna femalla inteledzenta, ma bien fièra de sa noblesse, pe cen portive desu sa quevva douze ouitre quan le s-otre ne portivon maque chouë. Quan mëmo iave tan de mereto, surtout pe so gran attatsement ver le piciede princesse de la mer, ses nevoude. Leur ivon chouë grachouse dzovenne , la pi dzovenna ive la pi dzenta de totte, sa pë ive clera e delecata comme un pétale de rousa, se oeille bleu, comme le pi profond di mer, ma comme totte le s-otre iave pa le pi, lo sen cor freunisivve vo una quevva de peson.

retour à l'index

Deux poèmes indiens: Elk trails de Gary Snyder et The flower-fed buffaloes de Lindsay Vachel

Traduction de Christiane Dunoyer


Elk trails de de Gary Snyder

Elk trails

I have walked you, ancient trails,
Along the narrow rocky ridges
High above the mountains that
Make up your world:
Looking down on giant trees, silent
In the purple shadows of ravines
Above the spire-like alpine fir
Above the high, steep-slanting meadows
Where sun-softened snowfields share the earth
With flowers...

Le pitte dou cerf

Dz'é tsemenà dedeun vo, vieille pitte,
Lo lon di créte étrèite ou mèntèn di greup
Su damon le montagne
Que l'an fét votro mondo :
En avétsèn ba su les abro imense, silencheu
Dedeun les ombre violette di gouffro
Su damon le pesse pouentue comme de clotché
Su damon le pènte déclye di prà pi ât
You le nevé que lo solèi carèche se partadzon la téra
avoué le fiour

The flower-fed buffaloes de Lindsay Vachel

The flower-fed buffaloes

The flower-fed buffaloes of the spring
In the days of long ago,
Ranged where the locomotives sing
And the prairies flowers lie low:
The tossing, blooming, perfumed grass
Is swept away by wheat,
Wheels and wheels and wheels spin by
In the spring that still is sweet,
But the flower-fed buffaloes
of the spring
Left us long ago.
They gore no more, they bellow no more,
They trundle around the hills no more;
With the Blackfeet lying low,
With the Pawnees lying low.

Le bou que reuppon le fiour

Le bou que reuppon le fiour lo forié
Cice dzor dèi lon tèn
En tsan you le locomotive tsanton
E le fiour di prà son a botsón :
L'erba que rebiolle, floré é sèn bon
L'é ità tsachà vià pe le tsan de blà.
De rove, de rove, de rove viondon
Pe lo fourié que l'é dous, tot di lon.
Toteun le bou que reuppon
le fiour lo fourié
Son partí d'en tsé no dèi lon tèn.
I cornaton pamé, i beurlon pamé,
i roulon pamé ator di colenne :
avoué le Pià Ner, i son a botsón
avoué le Pawnees, i son a botsón

retour à l'index

Der dichter is een koe de Gerrit Achterberg

Traduction de Sylvie Perucca

Der dichter is een koe

Gras... en voorbij het grazen
lig ik bij mijn vier poten
mijn ogen te verbazen,
omdat ik nu weer evengrote
monden vol eet zonder te lopen,
terwijl ik straks nog liep te eten,
ik ben het zeker weer vergeten
wat voor een dier ik ben - de sloten
kaatsen mijn beeld wanneer ik drink,
dan kijk ik naar mijn kop, en denk:
hoe komt die koe ondersteboven?
Het hek waartegen ik mij schuur
wordt oud en glad en vettig op den duur.
Voor kikkers en voor kinderen ben ik schuw
en zij voor mij: mijn tong is hen te ruw,
alleen de boer melkt mij zo zalig,
dat ik niet eenmaal denk: wat is hij toch inhalig.
's Nachts, in de mist, droom ik gans onbewust
dat ik een kalfje ben, dat bij de moeder rust.

L'écrivèn e la vatse

L'erba... e lo prò you que dz'é lardzé
dze si dzesù seu avué lé tsambe incruéjè,
avué mé jouèl paé étonò,
que deyo gnenca fäe én pôs
perké ma botse yé pléa sensa qué coysso,
d'en ten que dévan coévo pé médzé,
deyo avi ubló
que békie dze si  lé séralle
y refletton mon imadze quand beyo,
e quand veyo ma téta, penso:
perké seutta vatse yé paé ranversoye?
Lo cencel que empléyévo pé mé frotà,
a forse, yé vigní viel, chouèdzo e gras.
Pé lo berdzé e pé lé minò dze si timidda:
ma lenga yé trop greuffa pé yor,
tot solet, lo berdzé y mé blètse paé bien,
qué dz'é jamé pensò: véo y n'en vou.
Dé né, au métèn dé la neubbla, caze sensa me
n'in rendre conkio sondzo dé étre én modzon
qui ché reffle à côté de la mäe

retour à l'index

La Reina de Pablo Neruda

Traduction de Jacques Mounir

La Reina

Yo te he nombrado reina.
Hay más altas que tú, más altas.
Hay más puras que tú, más puras.
Hay más bellas que tú, hay más bellas.
Pero tú eres la reina.

Cuando vas por las calles
nadie te reconoce.
Nadie ve tu corona de cristal, nadie mira
la alfombra de oro rojo
que pisas donde pasas,
la alfombra que no existe.

Y cuando asomas
suenan todos los ríos
en mi cuerpo, sacuden
el cielo las campanas,
y un himno llena el mundo.

Sólo tú y yo,
sólo tú y yo, amor mío,
lo escuchamos.

Le Reina

J'é nomâ tè reina.
L'at de més longes que te, més longes.
L'at de més pures que te, més pures.
L'at des més bèles que te, més bèles.
Tot-un t'és le reina.

Can te vas pèr les vies (rotes)
nion tè cognes(sse).
Nion vêt la tavua corona de cristal,
Nion vêt lo tapis d'ôr rójo
que te charpites (pites, châles) quand te passes,
lo tapis que ègziste pas.
Et quand te aparés
tués les rios sonont
dens u miô côrps,
les canpanes sacôront lo ciely,
et un himno emple lo mondo.

Ren que te et yo,
te et yo, mon amor,
lo t-acutens (acutens lo)

retour à l'index

Muere lentamente, poème attribué à Pablo Neruda

Traduction de Christiane Dunoyer

Muere lentamente

Muere lentamente
quien se transforma en esclavo del hábito,
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no arriesga vestir un color
nuevo
y no le habla a quien no conoce.

Muere lentamente
quien hace de la televisión su gurú
quien evita una pasión,
quien prefiere el negro sobre blanco
y los puntos sobre las "íes"
a un remolino de emociones,
justamente las que rescatan
el brillo de los ojos,
sonrisas de los bostezos,
corazones a los tropiezos
y sentimientos.

Muere lentamente
quien no voltea la mesa cuando está infeliz en el trabajo,
quien no arriesga lo cierto por lo incierto para ir detrás de un sueño,
quien no se permite por lo menos una vez en la vida,
huir de los consejos sensatos.

Muere lentamente
quien no viaja,
quien no lee,
quien no oye música,
quien no encuentra gracia en sí mismo.

Muere lentamente
quien destruye su amor propio,
quien no se deja ayudar.

Muere lentamente,
quien pasa los días quejándose
de su mala suerte
o de la lluvia incesante.

Muere lentamente,
quien abandona un proyecto antes de iniciarlo,
no preguntando de un asunto que desconoce
o no respondiendo cuando le indagan sobre
algo que sabe.

Evitemos la muerte en suaves cuotas,
recordando siempre que estar vivo
exige un esfuerzo mucho mayor
que el simple hecho de respirar.

Solamente la ardiente paciencia
hará que conquistemos una espléndida
felicidad.

Mouer a petsou fouà

Mouer a petsou fouà
Sé-lé qui vén lo valet de se coutume
En féyèn tseut le dzor lo mémo tseumén.
Qui y é attatsà todzor i méme bague,
Qui s'azarde pa a s'arbeuillé d'euna couleur
nouva
E qui prèdze pa a sise qui cogné pa.

Mouer a petsou fouà
Sé-lé qui féit de la televijon son gourou.
Mouer a petsou fouà
Sé-lé qui forie euna pachón.
Qui ame lo ner su lo blan
É le pouèn su le i,
Mé qu'eun torbeillet d'émochón,
Fran selle qui fan brillié le z ouei,
Qui fan sortre eun sourire d'eun baillo
é bouéché di queur devan le conte fole
é le santiman.

Mouer a petsou fouà
Sé-lé qui tappe pa tot en l'er can y é maleureu deuden son travail
Qui reusque pa de perdre sèn qui y at, pe courre derré eun sondzo,
Qui se permèt pa démouente eun cou a traver de la vía
De dzequé vià devan le conseil plèn d'échèn.

Mouer a petsou fouà
sé-lé qu'i voyadze pa,
sé-lé qui lit pa,
sé-lé qui écoute pa de meuzecca,
sé-lé qui encontre pa la grase deuden sé mémo.

Mouer a petsou fouà
sé-lé qui se manque de respèt,
qui se léisse pa édzé.

Mouer a petsou fouà
sé-lé qui passe le dzornaye èn se plègnèn qui y at pa de chanse
Ou ben de la plodze qui relame pa.

Mouer a petsou fouà
sé-lé qui plante tot pe tréze devan que comènsé.
Qui demande pa sèn qui sa pa
Qui repon pa,
encò can i sat la reponsa

Prezervèn-no de setta mor qui arreuve to plan to dzen
Rappellèn-no todzor que étre vivan
i é bien de pleu que téré lo fló

Ren que la pachense la pleu enflamaye
i no féré pouyé su tanque a eun boneur
éblouissèn

retour à l'index

Odi et amo (carme 85) de Gaio Valerio Catullo

Traduction de Christiane Dunoyer

Odi et amo

Odi et amo.
Quare id faciam,
fortasse requiris.
Nescio, sed fieri sentio
et excrucior

Odi et amo

Te lamo e te pouí pa vére
Dze me demando fran
Que vou dire tot ço.
N'en sé ren, maque l'ét paré,
e me sentéiso écarteló.

retour à l'index

Vivamus, mea Lesbia, atque amemus /carme 5) de Gaio Valerio Catullo

Traduction de Christiane Dunoyer

Vivamus, mea Lesbia, atque amemus

Vivamus, mea Lesbia, atque amemus
rumoresque senum severiorum
omnes unius aestimemus assis.
Soles occidere et redire possunt
nobis cum semel occidit brevis lux
nox est perpetua una dormienda
Da mi basia mille, deinde centum
dein mille altera, dein secunda centum
deinde usque altera mille, deinde centum
dein, cum milia multa fecer+mus
conturbabimus illa, ne sciamus
aut ne quis malus invidere possit
cum tantum sciat esse basiorum

Vivèn, Fridil, e amèn-nò

Vivèn, Fridil, e amèn-nò
Le gramo prèdzo di vièi
Pe no i valon pa eun botón.
Eun moué de solèi pouon meuché e renéitre
Mé can notre pouro dzor sarèn finí
Nos allèn dormí euna londze nét sensa feun.
Adon, bailla-mè meulle poteun é poué cènt
Poué euncò d'atre meulle é eun atro cou cènt
E poué d'atre meulle é poué cènt
E can i sarèn eun moué de cou meulle
No le catserèn e feyerèn semblan de ren
Pe que le grame dzen avissan pa d'envía
En savèn què de tut cice poteun

retour à l'index

Rispondimi ié de I Muvrini

Traduction de Christiane Dunoyer

Rispondimi ié

Inventami l'ore
Passata l'età
Porghjimi una manu
Sopra à lu chì fà
È insegnami l'alba
D'un altru culore
A spera di sole
D'un altru campà

Dimmi ciò chì manca
Ciò chì venerà
À u core spietatu
Di l'umanità
È insegnami l'alba
Pè un altru amore
U veru calore
D'un altru campà

Insegnami l'alba
Chì si vole levà
A spera di sole
D'un altru campà .
Iè Iè Iè rispondimi Iè

Portami luntanu
Fammi viaghjà
Sin'à u veranu
Spuntatu digià
È insegnami l'alba
Chì si leva in fiore
Dammi issu favore
D'un altru campà

È insegnami l'alba
Chì si vole pisà
Dammi issu favore
D'un altru campà

Inventami l'ore
Passata l'età
Porghjimi una manu
Sopra à lu chi fà
E insegnami l'alba
D'un amore à dà
U veru calore
D'un altru campà

Repon-mè ouè

Fa inventà de tèn
Les ans son passà
Ta man bailla-mè
Se no sèn pamé a tèn
Moutra-mè l'arba
D'euna atra coulour
Eun ellieudzo d'espoér
D'eun vivre novél

Di-mè cen qu'i va pa
E cen qu'i sarét
De cé cour tot solet
Vouidzà de sa flamma
E moutra-mè l'arba
Pe tornà a amé
La force e la flamma
D'eun vivre novél

Moutra-mè l'arba
Qui vout dza se levé
Eun ellieudzo d'espoér
D'eun vivre novél
Repon-mè ouè&

Mena-mè lloèn
Féi-mè voyadzé
You que le prà
Voulon dza rebiolé
E moutra-mè l'arba
Que l'ét totta en fiour
La grace féi-mè
D'eun vivre novél

E moutra-mè l'arba
Qui se leve-poué dza
La grace féi-mè
D'eun vivre novél

Les ans son passà
Fa inventà de ten
Ta man bailla-mè
Se no sèn pamé a ten
E moutra-mè l'arba
D'eun amour a doné
La force e la flamma
D'eun vivre novél

retour à l'index

Voyage au bout de la nuit (incipit) de Louis Ferdinand Celine

Traduction de Nicolas Gey

Voyage au bout de la nuit

Ça a débuté comme ça. Moi, j'avais jamais rien dit. Rien. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C'était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l'écoute. « Restons pas dehors ! qu'il me dit. Rentrons ! » Je rentre avec lui. Voilà. « Cette terrasse, qu'il commence, c'est pour les oeufs à la coque ! Viens par ici ! » Alors, on remarque encore qu'il n'y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur ; pas de voitures, rien. Quand il fait très froid, non plus, il n'y a personne dans les rues ; c'est lui, même que je m'en souviens, qui m'avait dit à ce propos : « Les gens de Paris ont l'air toujours d'être occupés, mais en fait, ils se promènent du matin au soir ; la preuve, c'est que, lorsqu'il ne fait pas bon à se promener, trop froid ou trop chaud, on ne les voit plus ; ils sont tous dedans à prendre des cafés crème et des bocks. C'est ainsi ! Siècle de vitesse ! qu'ils disent. Où ça ? Grands changements ! qu'ils racontent. Comment ça ? Rien n'est changé en vérité. Ils continuent à s'admirer et c'est tout. Et ça n'est pas nouveau non plus. Des mots, et encore pas beaucoup, même parmi les mots, qui sont changés ! Deux ou trois par-ci, par-là, des petits... » Bien fiers alors d'avoir fait sonner ces vérités utiles, on est demeurés là assis, ravis, à regarder les dames du café.

Voyâjo a bèc de la nuet

Il est d'ense qu'il at comenciê. Mè, j'avô jamés ren dèt. Ren. Il est l'Artur Ganate que m'at fêt parlar. L'Artur, un ètudiènt, un carabin tot-pariér, un cambèrado. Adonc on se retrove pllace Cllichy. Il étêt aprés le denar. Il vôt me parlar. Je l'acuto. « Réstens pas defors ! qu'il me diét. Rentrens solament ! » Je rentro avouéc lui. Vê-que. « Cela tèrrasse, qu'il comence, il est tot por los monchaçons ! Vens pir ! » Je rentro avouéc lui. Vê-que. Adonc il est iquè qu'on remarque qu'il avêt més nion per les ruès, a côsa du chôdèt ; gint d'ôtôs, ren. Quand il est la grôssa frêd, il at nion per les ruès étot ; il est lui, pués que je m'èn rapèlo, que m'avêt dèt d'alyor : « Les gèns de Paris ont tot-adés l'êr d'étre ocupes, mas por le côp, ils babânont d'una ârba a l'ôtra ; la prôva, il est que quand il fât pas bô a babânar, trop frêd ou trop chôd, on les vêt pas-més ; ils sont tôs dedièns a prèndre de câfè-crâma pués de tarâls. Il est d'ense. Siècllo de vitèssa ! que diont. Yô t-o? Grôs changemènts ! que racontont. mènt- quê ? Il est tot-adés du mémo a la vèretât. Continuont a s'admirar èt-pués vê-que tot. Èt-pués il est pas novél étot. De mots, et oncor pas tant, mémo permié los mots, que sont changiês. Doux-três de cé, de lé, de petiôts& » Adonc ènfièrdâs d'avêr fêt brênar celes veretêts utiles, on est demorâ ique, assietâs, emborlyês, a se gouétar les dames du câfè.

retour à l'index

Makanssundadoni, poème Hñähñu

Traduction de Christiane Dunoyer

Makanssundadoni

Ma zi nänä un´müga tu
giyagagi ha riuzpi
´mügiënt´arihme
gizontgagi.

Ma zi nänä ´mü to daýani
Nänä ¿hanjagi zoni?
un´i gi ´ñembi
nge ´änu r azaonfi.

Ma zi nänä un müga tu
gapünganhïnjua
gaküt´ära hai
nunga hi ähägapöni.

Chére Mée

Chéremée, can dze mouéro
Eunterra-mé protso de ton fôr
É can te retsaoude-pi té tortillas 1
Te plaoure-pi pemé.

Chére mée, si caqueun te demande :
« Madama, pequé plaourade-vo ? »
Te répón-pi :
« L'é pe lo feun que chor di bouque ».

Chére mée, can dze mouéro
Dze veugno-pi eun armadillo 2
Pe me beutté dézó la téra
É lo nët, can te drume, dze vo-pi chourtì.

Annotations

1 Galette de maïs à la base de la cuisine méso-américaine.
2 Mammifère de l'Amérique centrale, en français «tatou».

retour à l'index