INDEX

Titres et auteurs des textes

Noutre-s-iveur de Marco Gal

Traduction en russe de Natalia Bichurina


Deun le-s-iveur de noutro ëfourië
pe le tsambre l'ëye lo dzèivro
greumpeillà pe le vèiro et no i tcheuddo
désot le queverte d'illujon lévette.
L'ëyàn le tsemeun blan comme eun sondzo
et l'ëye lo fouà que tsantave i fornet
di quatro borne deun la queseun-a
avouë désot lo tsat i tsaat eundremi;
et l'ëyàn de croué ran de perchë dedeun eun vèiro
que fleurichàn contre totte rèison.

retour à l'index

Annexes

Lo velladzo abandonnà de Jeanne Ducourtil Bellot

Traduction en anglais de Dominique Vuillerot

Lo velladzo abandonnà

Oh ! Souvenir de mon enfance
Vouë dze prouvo euna gran souffrance
Inque un cou étsou tan eureu
Vouë m-in vou tan maleureu.

The lost Hamlet

Oh! Childhood memory
Now I'm feeling so bad
Here I was once so happy
Now I'm leaving so sad.

retour à l'index

Huitième noël en patois de Nicolas Martin

Traduction en anglais de Dominique Vuillerot

Huitième noël en patois

Robin, Robin, resveilly-tey !
Vin vey les grandz merveille ?
Noé vin suz, despachiz-tey !
Alin tuit à les veille !

Le veille saron enquanet
Deden l'esglisiz, s'é Dioz plait,
Où noz orrin l'officioz
Et chanterin à la mynet,
Noé du doulx Jesus que nayt,
Per noz estre propicioz

Huitième noël en patois

Robin, Robin, wake up!
Come and see the big wonders?
Christmas is coming, hurry up!
Let's all go to the evening gatherings!

The gatherings will take place tonight
Inside the church, if God wills,
Where we will hear the service
And we will sing at midnight
The Christmas song of sweat Jesus who is born
To bring us good

retour à l'index

Rêve d'un nouveau riche, Farces de Vevey

Traduction en anglais de Dominique Vuillerot

Rêve d'un nouveau riche

Avan ke s'é lo mé de mé,
In fari restitussion.
Veni ti, jenti kompanyon,
Sé m'éderé a lé dépandre,
Ke véreman yo lé vué randre
É tavern(é) é é bordé.
Avant! putan, tiri-vo pri!
Li é to vinu de môl aki.
To ne sa de ké y'é désir?
 De ké ?
 D'intra in manajo, sé pui trova un presonajo
Ke fussé a mon apéti.

Dream of a nouveau riche

Before May comes
I will give it back.
Come at me all, nice fellows,
And you will help me spend it,
For, I truly want to hand it back
To pubs and whorehouses.
Come here! Whores, come closer!
All of these were ill-gotten goods.
Do you know what I'm longing to?
- What?
- To set up house, if I could find someone
That suits me.

retour à l'index

5 poésies de 'Rondeau à Dudo' de Eugenie Martinet

Traduction de Lionel Desaintjean, Thibaut Dutot, Dorine Mestre et Tabatha Pichodo du Lycée de la Cotière (La Boisse, Rhône Alpes) avec l'aide du Prof. Michel Guéneau


A Dudo de Eugenie Martinet

Per me sola

Mangio soletta, come gli uccellini,
beccando un po' qui e un po' lì,
ora sull'arco e ora ai piedi del muro
gusto un pochino e gli do sapore
d'un altro tempo, d'un altro replicare

tanto diverso dall'appetito di oggi
che non ho voglia di saziare. Nella vasca
la fontana fa clo clo, tutta in fiore,
    cola soletta.

E dimentico il mio bicchiere per guardare
Ciò che abbiamo già tanto veduto, sempre nuovo,
ma un boccone lo mordo e pare duro.
Negli occhi dei conigli quel terrore
Che blocca tutto e caglia il latte
    Per me soletta

Mendzo soletta

Mendzo soletta, come le-s-aousé
picotèn tseca inqué é tseca lé,
ara su l'arc é ara i pià di meur
gouto euna mìa é lei préto saveur
d'eun atro tèn, d'eun atro replequé

tan differèn de l'appéti de oué
que dz'i pa voia d'assouvi. I borné
la fontana cloquette totta en fleur,
    colle soletta.

È dz'oublìo mon vèiro pe aveitsé
cen que n'en dzà tan vu, todzor nové,
më eun bocon dze lo mordo
é semble deur.
Deun le jeu di lapeun celle frayeur
que bloque tot é verrie lo lacé
    pe mè, soletta.

Je mange toute seule

Je mange toute seule, comme les oiseaux,
en picorant de ci de là,
sur l'arche, au pied d'un mur
j'y goûte un peu et j'y prête une saveur
d'un autre temps, d'une autre époque

si différente de l'appétit d'aujourd'hui
que je n'ai pas envie d'assouvir. Dans son bassin
la fontaine en fleurs fait ploc ploc,
    et coule toute seule.

Et j'oublie mon verre pour regarder
ce que nous avons déjà tant vu, renouvelé.
Mais je mords quand même une bouchée, qui
me semble dure.
Dans les yeux du lapin cette frayeur
qui paralyse tout et caille le lait
    pour moi toute seule.



Ton coup de fil


Ascolto te solo, quello che dici
e non dall'altra parte, sembra finito,
poi ricomincia il discorso solitario,
accompagnato da un riso leggero
e non capisco nulla. È permesso?

Tuttavia la pena di saperne di più
crogiola in fondo a un vecchio e tanto sbrecato
coraggio, un resto di riscatto, e netto
    ascolto

un grido: niente paura, solamente un ricordo.
E tu parli al tuo mondo e io son
vedova più che di un uomo, parebbe
d'un gran cerchio di fuoco ora già freddo.
Ma se per caso mi restasse un amico
    ascolto

Dz'acouto maqué tè

Dz'acouto maqué tè
Dz'acouto maqué tè, sen que te di,
pà de l'atro couté, semble fini,
poué recomènche lo discour solèt
que s'accompagne d'eun rie levèt
é dze comprègno rèn. L'è-té permi ?

Tooteun la pèina de savèi depi
mitonne i fon d'eun viou tan écreili
coradzo, an resta de revèntse, é nèt
    dz'acouto

eun cri : pa pouére, maque eun souveni.
È tè te predze a ton mondo, é mè si
veuva pi que d'eun ommo, sembleret
d'eun gran cercllio de fouà ara dzà fret.
Më se de cou me restuche eun ami
    dz'acouto.
.

Je n'écoute que toi

Je n'écoute que toi, ce que tu dis,
bien en face, cela semble fini,
puis le discours recommence solitaire
accompagné d'un rire léger
et je n'en saisis rien. Est-ce permis ?

La volonté cependant d'en savoir plus
mitonne au fond d'un vieux courage
ébréché, un reste de revanche, et net
    j'écoute

un cri : sans peur, seulement un souvenir.
Et toi, tu parles à tout ton monde, et moi je suis
veuve plus que d'un homme, il semblerait
d'un grand cercle de feu ores déjà froid.
Mais si par hasard il me restait un ami
    j'écoute.


Guerriglia


Voialtri i cannoni, noi le sirene,
e un urlo di caccia si scatena
per le vie e i rialti, là, fino all'orlo
del bosco dove gli alberi son d'accordo
con noi, e l'ombra che ci conduce

ha segnato la nostra tana con tracce
di sangue. Attraversano la nonnette,
i bimbi al collo, gli occhi velati di morte,
   voialtri
e i cannoni. Non avete ucciso le sirene
e lo stridio acuto nelle vostre vene
come frusta di cosa di ritorca,
fischia sentenza: sprofonderanno un giorno
l'orribile paura, il maglio delle pene,
    voialtri.

Vo-s-atre le canon

Vo-s-atre le canon, no le sirène,
é eun urlemèn de tsasse se detsèine
pe le reuve é tsantë, lé tanque i bor
di bouque, iaou le-s-abro son d'accor
avouë no-s-atre, é l'ombra que no mèine

a marqué noutra tâna atot le trèine
de san. Traverson le petsoude nèine,
le rago i cou, le jeu voélà de mor,
    vo-s-atre

é le canon. Veì pa tsouà le sirène,
é lo sicllio perchèn den voutre veine
come eun fouèt d'euna queuva se retor,
sifle sèntence: s'effondrent eun dzor
la pouëre affreusa, lo martë di pèine,
    vo-s-atre.

Vous les canons

Vous les canons, nous les sirènes,
et un hurlement de chasse se déchaîne
dans les rues et sur les hauteurs, là à l'orée
du bois, là où les arbres s'accordent
avec nous, et l'ombre qui nous mène

a taché notre tanière de traces
de sang. Ils traversent les petites grand-mères,
les gamins au cou, les yeux voilés de mort,
    vous

et les canons. Vous n'avez pas fait taire les sirènes,
et le cri strident dans vos veines,
comme une queue d'un fouet se tord,
siffle sa sentence : sombrera un jour
la peur affreuse, le maillet des peines,
    vous.


Sems de tot joi


Privo di ogni gioia così, stantar nel riso,
l'ombra affondata intorno alle palpebre,
gridar dolore con la bocca chiusa.
Legato alla traversa nella rovina,
volgere fra gli spiragli d'uscita

lo sguardo oppresso da lunghi desideri
che s'annodano dentro, le mani intorpidite
nel sostenere da sotto le pallide guance
    privo di ogni gioia .

Le promesse del giorno tutte svanite,
deserte di confidenza e compagnia,
non scegliere più una voce quando ascolta
che gli si offre la tazza ch'egli gusta
e non s'accorge, dolce o amara che sia,
    privo di ogni gioia.

Sems de tot joi

Sems de tot joi parë, stanté de rie,
l'ombra enfonchiaie a l'entor di parpie,
crié doleur avouë la botze cllioute.
I retzé ligotà deun la deroute,
Reverrié pe la fénte di sortie

lo regar atoffà de londze envie
que se groppon dedeun, le man transie
sottegnen pe desot le pallie dzoute,
    sems de tot joi.

Le promesse di dzor totte partie,
désèr de confiance è compagnie,
pamë chédre euna vouèce quan l'acoute
lei semondre la coppa que l'agoute
é cognë pa, douce o amère que sie,
    sems de tot joi.

Privé de toute joie

Privé de toute joie, peiner à rire,
les paupières creusées d'ombre,
crier douleur la bouche cloutée.
ligoté à la traverse dans la déroute,
diriger vers les failles lumineuses

le regard oppressé de longs désirs
qui se nouent à l'intérieur, les mains transies
soutenant les joues pâlies,
    sems de tot joi.

Les promesses du jour toutes évanouies,
désert de confiance et de compagnie,
ne plus changer sa voix à s'entendre
offrir le verre désiré,
sans s'en apercevoir, qu'il soit doux ou amer,
    sems de tot joi.


Lo scavo (sulle colline di Aosta)


Dura costa di monte ti hanno scoperta
che, griffa e granfia, la tua pelliccia verde
grossi artigli di ferro hanno squarciato
e a ogni ammasso di terra sconvolta
raspa la zolla una ferita aperta.

Tuttavia grandiosa basilica offerta
all'uomo ansioso d'entrare nella coperta
anima del mondo, e a toccarla con il piedi
    la dura costa,

amore e sacrilegio, una sofferta
passione mi prende per la roccia deserta
potente e ferma nel sotterraneo del prato.
Ma come a un muro del pianto sprecato
soltanto bela una piccola agnella
    presso la dura costa.

Deura couta

Deura couta di mon t'an déqueverta
que, griffa é grafio, ta pelissa verta
grousse patte de fer l'an équarchà
é a tsaque bloc de terra saccagnà
rape la toula euna blesseura iverta.

Tooteun grandiousa catedrala offerta
a l'ommo ansiaou d'entré deun la queverta
ama di mondo, è a totsé-la di pià
    la deura couta,

amour é sacreledzo, euna souferta
pachon me prèn pe la rotse déserta
pouissenta é ferma i souterren di prà.
Më comme a eun meur di plaouro bazardà
gremèlle maque euna petsouda berta
    a per d'an deura couta.

Dure pente

Dure pente de montagne, découverte
par des griffes, ta pelisse verte égratignée,
lacérée par de grosses pattes de fer,
et à chaque bloc de terre arraché
une blessure livre tes côtes, ouverte.

Grandiose cathédrale cependant offerte
à l'homme inquiet de pénétrer la couverte
âme du monde, que foule son pied,
    la dure pente,

amour et sacrilège, une soufferte
passion m'envahit pour la roche déserte,
puissante et immobile dans l'arcane du pré.
Mais sur un mur de pleurs gâchés
bêle une agnelle esseulée
    près de la dure pente.

retour à l'index

Réflexions des traducteurs

La langue francoprovençale est pour nous un mystère. Nous vivons pourtant à deux pas de son centre de diffusion, Lyon. Les campagnes qui environnent notre lycée l'utilisaient en tant que langue naturelle. Nous savions peu de choses sur les dialectes et langues régionales de France : la plus ignorée étant singulièrement celle qui faisait partie de notre environnement le plus proche.

Traduire les poèmes d'Eugénie Martinet représentait donc l'occasion de faire connaissance avec la langue francoprovençale, un moyen de la découvrir. La traduction fut une exploration. Et on voudra donc nous pardonner les incertitudes de ce premier voyage.

Envisager la langue francoprovençale n'est pas chose aisée malgré la proximité avec les autres langues latines. Et puisque il s'agissait d'un atelier effectué dans le cadre de l'apprentissage de l'italien, nous nous sommes servis de la traduction italienne de ses oeuvres. Nous avons choisi un échantillon de cinq poèmes à l'identité commune caractérisée par la forme poétique du rondeau.

Notre parcours fut donc, en premier lieu, la découverte de la réalité géographique, historique et linguistique de cette langue ; ce qui nous a permis de découvrir son caractère transfrontalier. Notre approche est donc marquée non pas par le terroir restreint mais par la frontière franchie. Le francoprovençal est une langue qui lie la France et l'Italie, qui nous rappelle combien notre région Rhône-Alpes est tournée vers la Vallée d'Aoste et vers l'Italie.

Il nous a fallu aussi comprendre, puisque la promotion de la littérature en langue régionale est rare dans notre pays, quelles étaient les motivations d'un poète d'écrire dans une langue dont la diffusion est restreinte et non dans la langue nationale. Et nous nous sommes servis pour cela des leçons de Pier Paolo Pasolini et de son expérience frioulane ; comprendre aussi que ce mode d'expression fait partie de la littérature italienne.

Il a fallu ensuite s'atteler à la traduction proprement dite. Cela, une fois connu le contexte biographique et historique de leur rédaction. Nous avons relu les poètes français qui lui étaient contemporains dans le contexte notamment de la Résistance : Francis Ponge, René Char.

Enfin, nous nous sommes confrontés à la matière même de la poésie : cherchant souvent à tâtons, découvrant, redécouvrant, écoutant la prononciation de la poétesse, toujours avec le souci de ne pas trahir son expression.

Nous avons respecté la forme du rondeau et, conscients de la difficulté de la traduction poétique, nous avons tâché de respecter le précepte de Paul Valéry selon lequel « la fidélité musicale devrait être le vrai secret de la fidélité dans la traduction poétique ».